Accueil > Nourrissage hivernal

Nourrissage hivernal

Nourrissage hivernal : mode d'emploi

 

mangeoire

 

Nous vous invitons toutes et tous à être particulièrement actifs en matière de nourrissage hivernal des oiseaux sauvages.


Les hivers rigoureux sont une des principales causes de mortalité naturelle chez les oiseaux. Beaucoup de bonnes volontés se rappellent alors l’existence de nos amis à plumes et les aident comme ils peuvent à passer ce cap difficile. Ont-ils tort ?
Ont-ils raison ? Les oiseaux n’ont évidemment pas attendu l’homme pour pouvoir survivre à des hivers rigoureux. Qui plus est, cette saison joue également un rôle de sélection naturelle des individus au sein des populations. Alors, pourquoi les nourrir ?

Il faut savoir que nos milieux se sont terriblement appauvris au fil du temps. Que les paysages, fortement banalisés, surtout en milieu périurbain ne leur offrent plus une nourriture variée et abondante. Que celle encore disponible est parfois empoisonnée par les diverses activités humaines. Alors, ne leur devons-nous pas un petit coup de pouce ? Et puis avouons-le, c’est aussi pour
notre plaisir !

L’impact global du nourrissage sur les populations d’oiseaux est difficile à évaluer. Les observations conduisent parfois à des conclusions contradictoires. Il est en tout cas sûr que seules certaines espèces en bénéficient et ce ne sont pas les plus menacées. Nous conseillons donc d’aider les oiseaux des jardins pendant la mauvaise saison, en hiver, lorsque les ressources habituelles de nourriture se font rares ou sont rendues inaccessibles sous une épaisse couche de neige.

Comment bien nourrir les oiseaux ? Seulement par grands froids !

Apprenons à observer la nature. Elle donne le signal quand disparaissent les insectes et débutent des périodes de gel prolongé, de neige persistante ou de pluies incessantes. La régularité dans le nourrissage est capitale. Il est impératif de ne pas interrompre le nourrissage pendant les périodes de grand froid car les oiseaux ayant pris l’habitude de s’approvisionner aux mangeoires, risquent de ne pas disposer d’assez de réserves leur permettant de trouver une autre source de nourriture. Ce ravitaillement sera seulement supprimé à l’approche du printemps. Lorsque débute la saison de reproduction (d'avril à septembre), la nourriture redevient abondante et de bien meilleure qualité nutritive pour les oisillons qui sont alors nourris essentiellement d’insectes. Laissons alors les oiseaux insectivores jouer efficacement leur rôle d’insecticide naturel.

Les 11 règles d’un bon nourrissage :
1. Nourrissez pendant les grands froids, les jours de neige ou de pluies incessantes.
2. Disposez de la nourriture matin et soir.
3. Changez régulièrement l’eau des abreuvoirs et n’y ajouter aucun additif.
4. Nettoyez régulièrement les mangeoires.
5. Protégez les graines de l’humidité et de la pluie.
6. Ne donnez pas d’aliments salés.
7. Placez la mangeoire et les aliments hors de portée des prédateurs.
8. Surtout, n’arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !
9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits.
10. Ne donnez pas de trop grandes quantités à la fois
11. Ne proposez jamais d’aliments moisis ou avariés.

Comment faut-il nourrir les oiseaux en hiver ?
Nous venons de voir que chaque espèce est tributaire d'une nourriture et que toutes ne la recherchent pas nécessairement au sol, certaines étant plus arboricoles que d'autres. Il faut donc nourrir de façon variée en divers endroits, les uns plus éloignés que les autres, suivant le degré de témérité de l'oiseau qui se rapproche de nos habitations. Le Pigeon ramier (de nos campagnes) sera donc nourri à la plus grande distance (de fuite) que la Mésange charbonnière ou le Rougegorge qui ont l'art de nous interroger sur nos intentions jusqu'au seuil de nos portes.
Disposez des graines (sauvages) sous un arbre ou un arbrisseau, pour les tourterelles par exemple, est préférable au nourrissage au beau milieu d'une pelouse.
Même si la mangeoire est visitée par de nombreuses espèces, cette méthode n'est pas universelle: n'oubliez pas de prendre des 'boules à mésanges', des distributeurs automatiques, des bardes de lard non salé et autres friandises à divers endroits de votre jardin.
Variez les emplacements de nourrissage au sol, ne mélangez pas diverses sortes de nourriture présentées 'en tas' (cacahuètes ou arachides moulues avec des graines par exemple) dans les mangeoire.
Ne donnez que des produits de qualité et éviter ainsi les moisissures ou la contamination des aliments par déjections, afin d'écarter les épidémies (les Verdiers et les Tourterelles turques sont très sensibles à la consommation d'aliments pollués de la sorte).
Placez votre mangeoire à bonne distance d'une verrière ou de la porte vitrée de votre salon, afin d'éviter les accidents de collision provoqués par l'envol subit des oiseaux à l'approche d'un Epervier. Par contre, donnez à vos oiseaux toute possibilité de refuge vers des buissons tout proche où ils pourront s'abriter en cas de danger.

Et si vous avez des chats, faites de sorte que les oiseaux puissent toujours être avertis de leur présence: il est inutile de vouloir nourrir les oiseaux si vous avez plusieurs minous 'chasseurs'  en liberté à l'extérieur.

mangeoire2


Prodiguez la nourriture en petite quantité raisonnable suivant le nombre de vos hôtes: ce n'est pas en nourrissant d'abondance, dès le départ, que vous aurez plus de visiteurs ailés! Mais distribuez celle-ci à heure fixe et régulièrement de préférence tôt le matin, puis une seconde fois si nécessaire en début d'après-midi afin d'éviter le gaspillage et la contamination.

Si vous avez le temps et si vous possédez (un peu) l'art culinaire, voici une petite recette pour la fabrication d'un mélange idéal à placer dans un 'pot-de-fleur-nourrissoir'. Vous malaxez et chauffez un mélange fait de graisse à frites, d'huile végétale, d'arachide, d'avoine concassée, de tournesols, de petites graines sauvages et de pâtée pour oiseaux insectivores; vous transvasez dans de petits pots-de-fleurs, munis d'un bâton-perchoir passé par le trou du récipient et vous laissez refroidir le tout avant de pendre dans votre jardin ce menu à la carte.